Se protéger des ondes électro magnétiques

A propos de la nocivité des ondes sur notre corps et des systèmes anti-ondes, plus particulièrement les CMO (Oscillateur Magnétique de Compensation)

1- Suite à la publication de l’étude américaine réalisée par le Professeur Martin L.Pall, professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales de la Washington State University, dans « Alternative santé » n°172 , la preuve scientifique est enfin apportée de l’effet des ondes sur le corps.

2- Voici également l’efficacité reconnue du systèmes anti-ondes CMO

* * * ** *
1. « L’exposition aux champs électromagnétiques agit via l’activation des canaux calciques voltage-dépendants de type L.
Comment cela conduit à l’hypersensibilité électromagnétique (EHS) et à d’autres effets sur la santé.  »
Martin L. Pall, Professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales – Washington State University
thetenthparadigm.org
martin_pall@wsu.edu
Document complet, avec les tableaux et les graphes, à télécharger ici :
http://cdel.us6.list-manage.com/track/click?u=6997dbbac2f5a852fc3f7aea4&id=1ba8c6813d&e=19ac5a796c

.« En conséquence, dans le cerveau, l’EHS (electromagnetic hypersensitivity) agit comme suit :

Les CEM (champs électromagnétiques) micro-ondes sont plus actifs en activant les CCVD dans certaines régions du cerveau que dans d’autres.
Dans ces régions ou ils sont les plus actifs ils élèveront les taux de [Ca2+]i, d’oxyde nitrique et de péroxynitrite, démarrant le cycle NO/ONOO(-).
Cela rendra cette zone plus sensible à une exposition supplémentaire car le cycle a déjà commencé, provoquant une plus grande sensibilité qu’auparavant.
Cela stimulera également une potentialisation à long terme, faisant que les synapses deviennent hypersensibles. Vous avez donc encore une sensibilité supplémentaire.
La protéine kinase C est également stimulée par une exposition préalable et par le cycle NO/ONOO(-), ce qui fait que les CCVD (canaux calciques voltage-dépendants) sont encore plus sensibles à la stimulation.

II peut aussi y avoir des sensibilités qui se développent dans les tissus périphériques qui ont des niveaux élevés de CCVD, tels que dans les cellules de stimulateur cardiaque et dans une partie des cellules endocrines. Ici le mécanisme est probablement similaire à ce qui se passe dans le cerveau sauf qu’il n’y a peut-être pas de mécanisme de potentialisation é long terme impliqué.

Vous pouvez donc obtenir une hypersensibilité cardiaque (tachycardie induite par les CEM), mais aussi dans certains cas une hypersensibilité de certains des tissus endocriniens, les deux ont été signalées.

La thérapie pour l’hypersensibilité électromagnétique devrait être axée sur :
. L’abaissement du NO/ONOO(-) et des dommages causés par le cycle NO/ONOO(-)
. La réduction de la sensibilité des CCVD, en particulier des CCVD de type L qui sont responsables de la plupart des réponses aux CEM (gabapentine, huile de poisson, d’autres suppléments)
> L’évitement des expositions aux CEM, dans la mesure où cela est possible.»

* * * * * * *

2. Concernant le système anti-onde CMO (Oscillateur Magnétique de Compensation) :

. La durée de vie réelle des CMO est largement de plusieurs années.
. La validation biologique des CMO a été faite par des laboratoires indépendants, donc totalement fiables.
. L’efficacité des CMO est (implicitement) reconnue par l’AFSSAPS
Certaines allégations du journal  » Alternative Santé n°172 : Non ! Tu n’auras pas un smartphone à Noël » de ce mois de décembre 2015 au sujet des CMO sont donc inexactes.

. Durée de vie des CMO : les traitements en usine que subissent les solutions actives des CMO leur permettent de conserver toutes leurs caractéristiques, même après de très nombreuses années : les solutions actives sont stables dans le temps. Des tests réguliers effectués en interne montrent d’ailleurs une efficacité toujours présente après plusieurs années.
Même s’il ne faut pas confondre « Durée de vie réelle » et « Durée garantie ». La « Durée de vie réelle » est le temps après lequel il faut changer le produit. La « Durée garantie » est une durée administrative, non réelle. La durée garantie est de 2 ans, car des tests biologiques ont montré la pérennisation de la solution active après 2 années. La Durée de Vie réelle est très largement supérieure.

. Validation biologique : les tests biologiques ont été faits par des laboratoires et hôpitaux universitaires indépendants, et certaines des études ont fait l’objet de publications scientifiques avec Comité de Lecture : c’est le top du top en matière de validation scientifique d’une technologie, les tests biologiques ne PEUVENT donc pas être controversés, sauf à aller à l’encontre des preuves scientifiques.

. Sciences et Avenir : n’importe quelle analyse chimique simple montrerait que la solution active des CMO n’est pas « juste de l’eau salée » ; l’article rédigé par le magazine sur les CMO présente quelques inexactitudes.

. Ministère de la Santé : pour mémoire, le Directeur Général de l’AFSSAPS a décidé d’autoriser certaines allégations concernant les CMO, c’est à dire :
- « pour aider chacun à mieux faire face à ces pollutions électromagnétiques »
- « ils  vous  aideront  à  mieux  vivre  les  ondes  électromagnétiques  probablement  nocives  qui  nous entourent »
- « excellent moyen (…) de nous protéger efficacement de l’’incertaine mais probable nocivité des ondes électromagnétiques »
Ces allégations n’auraient jamais pu être autorisées pour des produits n’ayant pas une efficacité solidement établie.
Il est à noter également que seuls les médecins sont habilités à parler de Santé. Il y a quelques années certains de nos distributeurs, non médecins, ont eu des mots trop forts et non mesurés ; d’autres revendeurs insuffisamment formés ont avancé des arguments erronés (sur le DAS par exemple) ; le sujet des ondes électromagnétiques étant un sujet sensible, ces erreurs ont entraîné des « recadrages », ce qui est tout à fait normal.

Nous vous rassurons donc pleinement, les CMO sont fiables, ils ont fait leurs preuves, et il n’est pas nécessaire de les changer tous les 2 ans, et encore moins tous les ans ! Il peut néanmoins être utile de le faire lorsque la technologie de votre outil de communication (téléphone, ordinateur) elle-même évolue. En effet la technique de charge des solutions salines évolue constamment afin de rester pleinement adaptée aux techniques des produits communicants. On a par exemple « retravaillé » la structuration de la solution active lors du passage aux SmartPhones ; au passage de la 4G par contre cela n’a été qu’une vérification, ces nouvelles fréquences étant déjà intégrées aux CMO. Depuis les années 1990 – 1995, les CMO sont toujours conçus au plus près des technologies : les CMO savent s’adapter pour rester en permanence en efficacité maximale !

Se rappeler en conclusion que le DAS n’est pas une mesure biologique : un produit « anti-ondes » diminuant le DAS ira certes dans le sens de la norme, mais tant qu’il n’aura pas apporté la preuve BIOLOGIQUE de son efficacité, on ne pourra conclure ni de son efficacité, ni de son inefficacité.
Il a d’ailleurs été mis en évidence que certains dispositifs « anti-ondes », en diminuant le DAS du téléphone portable, augmentaient les effets biologiques observés à l’usage du téléphone ! Le DAS n’est donc pas un critère suffisant pour conclure sur une réelle efficacité biologique d’un système anti-ondes.
Par contre en prenant comme critère biologique la production de « protéines de stress », qui est un vrai marqueur permettant d’évaluer une toxicité environnementale, ou la production d’ACTH, qui est aussi une hormone de stress, ou la production de mélatonine, ou la production d’anticorps pour regarder quelle est l’efficacité des produits anti-ondes sur le système hormono-immunitaire, là oui on peut objectivement conclure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>